CRISE IVOIRIENNE:DANS LA TETE DE JONATHAN GOODLUCK

28 Déc

Les ivoiriens observent avec stupéfaction la posture adoptée par le Président Jonathan GOODLUCK du Nigeria et se demandent ce qui peut bien le motiver.

De la pseudo attaque de l’ambassade nigériane à Abidjan totalement orchestrée et mise en scène par le camp Ouattara, à l’acharnement de Mr Goodluck, il y a de quoi s’interroger…

Rappelons le contexte nigérian:

Devenu pleinement président de la Fédération du Nigeria, Goodluck Jonathan peut désormais s’imposer sur la scène politique, mais il doit jouer finement au sein de son parti où les tensions sont déjà perceptibles.

Après sa prestation de serment comme président le jeudi 6 mai 2010, quelques heures après le décès d’Umaru Yar’Adua, Goodluck Jonathan va pouvoir se concentrer sur la myriade de problèmes de ce pays de 150 millions d’habitants.

Chrétien du sud, il va achever le mandat de son prédécesseur musulman du nord, et son parti, le Parti Démocratique du Peuple (PDP) au pouvoir depuis 1999, a pour règle écrite qu’un président chrétien succède à un président musulman tous les huit ans.

Le Nigeria est divisé pour moitié entre chrétiens au sud et musulmans au nord. Goodluck Jonathan est donc en théorie promis à un avenir présidentiel limité à moins qu’il n’arrive à se représenter.

Problème! Car Mr Goodluck souhaite se maintenir au pouvoir et ce pour longtemps….

On se souvient des problèmes qui ont entouré la venue au pouvoir de son tandem avec le Président Yar’Adua:

TIME – Saturday, Feb. 13, 2010

The election that saw Yar’Adua and Jonathan win office was described by the E.U. Election Observation Mission to Nigeria as « not credible » due to « lack of transparency and evidence of fraud, » adding it had « no confidence in the results. »

Il a donc besoin de soutiens, et en première ligne, il vise les États-Unis. De plus, il a besoin d’apaiser les tensions montantes au niveau des musulmans du Nord du Nigeria…

La tension qui remonte au Nigeria:

Après quelques mois de répit, l’État du Plateau au centre du Nigeria renoue avec ses démons. A la veille de noël, les environs de Jos, la capitale, ont été secoués par une série d’explosions faisant une trentaine de morts et plus de 70 blessés graves, pour la plupart issus de la communauté chrétienne, puisque ni le jour ni les lieux n’avaient été choisis au hasard.

Ces affrontements interviennent au moment où le président intérimaire, chrétien et originaire du Sud, fait campagne pour décrocher l’investiture du Parti démocratique du peuple (PDP) face au nordiste et musulman Atiku Abubakar. Alors, ceci explique-t-il cela ?

En quête de légitimité, l’ancien vice- président doit compter avec l’hostilité de certaines factions au sein du parti, qui préfèreraient voir s’asseoir dans le fauteuil présidentiel un des leurs, en l’occurrence son rival nordiste.

Tout cela sans doute parce que prévaut dans la patrie d’Abubakar Tafawa et de Nandi Azikiwe une règle non écrite selon laquelle la magistrature suprême doit alterner une fois sur deux entre un musulman et un chrétien. Parvenu à la présidence pour achever le mandat du défunt Umaru Yar’Adua, Goodluck Jonathan n’a pas l’intention de s’effacer pour satisfaire ceux parmi les nordistes qui estiment qu’il reste quatre années de pouvoir au Nord.

Voilà donc un nœud gordien que le président Googluck Jonathan aura bien du mal à trancher, tant les tensions entre les deux communautés sont exacerbées. A seulement quelques mois de la présidentielle, ces attentats et les violences qui s’en sont suivies présagent une campagne chaude et même brûlante pour ce géant aux prises avec ses vieux démons.


La stratégie du “une pierre deux coups”

La suite est logique. Mr Goodluck a besoin de deux choses:

  • apaiser les opinions musulmanes du Nord du Nigeria
  • obtenir des appuis internationaux forts pour asseoir sa campagne électorale à venir

Ainsi donc, en quête d’appuis internationaux, Mr Goodluck veut faire d’une pierre deux coups avec la situation ivoirienne.

Se présenter aux musulmans de son pays comme celui qui va aller “délivrer leurs frères musulmans de Côte d’Ivoire” qui sont opprimés par Laurent GBAGBO qui en annulant les votes de certains bureaux du Nord a “exclu” ces ivoiriens (!!!!).

Et en même temps obtenir les faveurs de l’Europe et des États-Unis comme celui qui va accomplir la basse besogne en devenant leur bras armé en Côte d’Ivoire aux fins de déloger le têtu Laurent GBAGBO qui ne sert pas les intérêts de la France.

Le plus funeste dans toute cette histoire, c’est que toute la population de la sous-région s’oppose à cette intervention de la tristement célèbre force ECOMOG.

Hier, les nigérians vivant en Côte d’Ivoire ont manifesté pour crier leur opposition forte à cette décision. Mr Goodluck, artisan de la manipulation occidentale visant à conduire les pays frères africains à se retourner les uns contre les autres….

Publicités

Une Réponse to “CRISE IVOIRIENNE:DANS LA TETE DE JONATHAN GOODLUCK”

  1. OUATARA Yao Blaise 30/12/2010 à 11:08 #

    Le chien aboiera, la CARAVANE IVOIRE conduite par Laurent GBAGBO passera toujours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :