LA VOLONTE DE DESTRUCTION DE ALASSANE OUATTARA ET LE CONSTAT D’ECHEC DE L’ONU

15 Jan

La crise ivoirienne s’étire en longueur et les ivoiriens souffrent de cet état de fait. Il convient d’identifier les vraies responsabilités. En effet, face au triste spectacle de l’échec patent de la mission de l’ONU en Côte d’Ivoire et face à l’acharnement de la « communauté internationale », les ivoiriens se demandent pourquoi leur pays doit subir les foudres d’institutions dites de paix et de pays étrangers qui veulent à tout prix imposer leur volonté et leur pion.

Est-ce à l’ONUCI et à la France de décider qui est le président de la Côte d’Ivoire, au détriment des institutions, lois et de la Constitution de notre pays?

Les voix en Afrique se multiplient contre cette agression contre notre pays et s’élèvent pour dire non à une attaque armée qui se révèle chaque jour de plus en plus sans aucun fondement légal, politique, social, voire même humanitaire.

Nous décrions l’indignation sélective de la France et des pays que M. Nicolas Sarkozy entraîne dans son sillage. Nous décrions le manque de professionnalisme et la déviation claire de l’ONUCI de son mandat initial.

En effet, en ce qui concerne l’ONUCI, nous les ivoiriens comprenons de moins en moins la position agressive, partisane et totalement irrespectueuse de la souveraineté de notre pays.

Aujourd’hui, il y a une réelle rupture de confiance entre les ivoiriens et l’ONUCI. Nous en appelons à une enquête impartiale visant à faire la lumière sur toutes les allégations de charniers, d’agressions etc. Aujourd’hui, il est avéré que l’ONUCI se bat aux côtés des rebelles, a transformé sa radio (ONUCI FM) en radio offensante avec une tendance mille-collines, et fournit les rebelles en armes avec leurs hélicoptères. L’ONUCI se fourvoie dans des actes de provocation délibérés, aux fins de provoquer des réactions hostiles des populations, dont elle pourra se servir médiatiquement. Par ailleurs, cette institution s’adonne à des provocations et à des montages:

  • faire passer ses véhicules dans une cité universitaire qui est le siège de la FESCI (Fédération Estudiantine que les agents de l’ONUCI savent lui être extrêmement hostile), un véhicule brûlé, transformé en trois véhicules brûlés par les médias
  • aller attaquer aux côtés des rebelles embusqués dans le quartier d’Abobo et s’étonner de la riposte des forces de l’ordre
  • ne cesser de claironner sur les ondes de la radio ONUCI FM que Laurent GBAGBO n’est pas le président de la Côte d’Ivoire et encourager la population à se soulever (étrange pour une institution qui a une mission dite « de paix »)
  • fournir son matériel technique d’émission de radiodiffusion pour permettre à la rebéllion de Alassane Ouattara de brouiller les ondes de la radio d’état nationale et émettre une propagande guerrière, sanguinaire et génocidaire
  • fournir des armes avec la complicité de la France aux rebelles installés au Golf Hôtel et de l’aide logistique pour perpétrer une attaque
  • etc.

Aujourd’hui, la dite « communauté internationale » qui s’avère ne comprend que peu de pays, tout de même très puissants conduits par l’acharnement malsain du Président français Sarkozy, a décidé de plonger les ivoiriens dans une souffrance abyssale:

  • blocage des salaires des fonctionnaires (tenté depuis Décembre)
  • blocage des avoirs financiers du pays, donc blocage du commerce, de l’industrie et des services (étouffement financier de populations qui travaillent dur pour gagner leur pain à la sueur de leur front)
  • suspension des aides humanitaires, notamment l’aide aux personnes atteintes du SIDA (les gens vont mourir du fait de la vendetta personnelle de Nicolas Sarkozy)
  • menaces et sanctions en cascade
  • reconnaissance d’ambassadeurs nommés par un « président » qui n’a jamais été investi au regard de la constitution ivoirienne et qui n’a donc aucune légitimité (mais qui se soucie du respect de notre souveraineté et de nos lois?); et saccage de nos ambassades à l’étranger

 

Entre temps, sur le territoire ivoirien, on constate un spectacle qui détonne complètement avec toutes ces agressions extérieures :

  • aucune révolte populaire, ni manifestations de protestations contre Laurent GBAGBO
  • aucun des appels à la grève et à la désobéissance civile de Alassane Ouattara ne sont suivis

Parallèlement à cela, M. OUATTARA et M. SORO, aveuglés par leur quête du pouvoir, ne cessent d’en appeler à une intervention armée contre leur propre pays. Il est grave que l’on puisse de façon aussi irresponsable ignorer les millions de pertes civiles qu’une telle attaque occasionnerait. Mais marcher dans le sang pour obtenir le poste présidentiel ne les fait pas reculer. Il en est ainsi depuis qu’ils ont lancé l’attaque contre la Côte d’Ivoire en 2002, décimant des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, créant des millions de réfugiés qui se sont déportés du Nord vers le Sud du pays.

Nous en appelons simplement au sens logique de tout un chacun, et nous posons à nouveau ces questions:

  • Pourquoi refuse t’on d’entendre et de voir les rapports des observateurs africains?
  • Pourquoi la CEDEAO qui a fait un constat clair le 2 Décembre suivi d’une déclaration le 5 Décembre, revient-elle sur ses propres constats de fraudes avérées dans le Nord ?
  • Pourquoi l’ONU à travers son représentant Mr CHOI s’est détournée de son rôle principal pour prendre une position résolument partisane relayée même à travers ses médias (radio ONUCI FM)?
  • On parle de nombreux réfugiés qui quittent le territoire ivoirien; pourquoi ne précise t’on nulle part que tous ces réfugiés fuient les zones qui sont sous contrôle de la rébellion armée de Ouattara?
  • Pourquoi Mr Youssouf BAKAYOKO a été détenu de minuit jusqu’à 17h le lendemain à l’hôtel du Golf avant de proclamer (seul) les résultats au QG de Alassane OUATTARA devant les médias français?
  • Pourquoi la constitution ivoirienne, texte suprême régissant un pays, est-elle bafouée, piétinée et transgressée par la “communauté internationale”? Au nom de quels intérêts?

Téléchargez notre Newsletter #37 du 14 janvier 2011

Advertisements

Une Réponse to “LA VOLONTE DE DESTRUCTION DE ALASSANE OUATTARA ET LE CONSTAT D’ECHEC DE L’ONU”

  1. HARIJAONA Jean Jules 17/01/2011 à 05:15 #

    Il faut tenir bon. Trouver aussi les moyens de mobiliser nos pays pour frapper un grand coup, ensemble, simultanément, pour ne plus avoir à nous condamner à pleurer nos héros.
    Bon courage à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :