Côte d’Ivoire : la démocratie au bazooka?

28 Jan

MediaPart – 26.01.2011 – Achille Mbembe auteur de Sortir de la longue nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée (Paris, La Découverte, 2010) et Célestin Monga auteur de Nihilisme et négritude (Paris, PUF, 2009).

 

Dans les conditions actuelles où l’on est sommé de choisir une partie contre l’autre selon l’impératif de la lutte à mort, il est difficile de dire quoi que ce soit sur la crise ivoirienne, ses causes historiques, ses significations pour l’Afrique postcoloniale, les modalités de sa possible résolution et ses conséquences sur l’équilibre de la sous-région sans susciter un déchaînement incontrôlé de passions, voire la violence des partisans des deux camps.

Raison et vociférations

 

Il est pourtant impératif d’apporter autant de clarté que possible sur ses enjeux ; de chercher à entendre raison, au-delà des tragiques événements au cours desquels des civils déjà fort appauvris perdent la vie dans des combats de rue, pendant que les chefs des factions bénéficient de protection et jouissent de toutes sortes d’immunités.

 

D’autre part, pour sortir de l’impasse, encore faut-il dépasser le dualisme Laurent Gbagbo-Alassane Ouattara. Le projet démocratique en Afrique ne saurait en effet être réduit à une simple mystique électorale, surtout dans les contextes où chefs de guerre sans foi ni loi, vieux fonctionnaires carriéristes et entrepreneurs politiques maniant à la fois l’eau bénite et le feu se servent avant tout des élections comme d’une voie royale pour le contrôle des rentes et toutes sortes d’accaparements.

 

La crise ivoirienne – tout comme d’autres qui l’ont précédée  – impose par contre que l’opinion africaine et internationale se saisisse de nouveau des questions fondamentales qui détermineront l’avenir de la paix et la sécurité des peuples et des États dans cette région du monde. Ces questions sont les suivantes. Comment détermine et valide-t-on, de manière irrécusable, les résultats d’un scrutin dans un pays dont une bonne moitié du territoire est occupée par des rebelles armés combattant un gouvernement que la communauté internationale n’a pas déclaré illégitime ? À qui appartient le droit de statuer sur les contentieux électoraux en Afrique ? Comment fonctionne le principe universel de primauté entre droit national et droit international dans un État où la Constitution n’a pas été suspendue ? L’utilisation de la force militaire par des États voisins ou étrangers pour résoudre des conflits post-électoraux dans un pays indépendant se justifie-t-elle en droit ? Si oui, quels critères démocratiques doivent remplir les pays qui y envoient des soldats ? Et comment se fait-il qu’il y ait eu si peu d’interventions armées alors même que le dévoiement des élections est devenu une pratique courante, et que les contentieux post-électoraux n’ont cessé de se multiplier en Afrique au cours des vingt dernières années ?

Sur un plan similaire, quelle valeur faut-il attribuer aux prescriptions morales proclamées urbi et orbi par la communauté internationale sur un Continent où ses principes, son engouement, sa fermeté et ses sanctions s’appliquent différemment selon le pays et le moment, c’est-à-dire de façon inconsistante, voire arbitraire ? Plus précisément, de quelle légitimité peut se prévaloir une ancienne puissance coloniale qui, de jour, embrasse, soutient, finance, arme et décerne des satisfécits à des autocrates répugnants et, de nuit – juge et surtout partie – entretient des bases militaires dans des pays en conflit tout en se posant en donneuse de leçons de morale et en pontife de la démocratie ?

Poser ces questions alors que dans le cas ivoirien qui nous préoccupe la messe semble avoir été dite ne relève, ni de la provocation, ni de l’appel à l’inaction. Il s’agit au contraire de préalables qu’il faudrait intégrer à toute discussion sur la résolution d’une crise politique devenue le symptôme des déficits structurels des marchés politiques africains d’aujourd’hui, des errements d’une communauté internationale qui se rend trop souvent en Afrique avec le dilettantisme de gens qui vont en safari, et de l’immense colère qu’une décolonisation inachevée et pervertie a laissé dans les esprits de nombreux citoyens et intellectuels africains.

 

Deux vérités incompatibles

 

Une élection a donc bel et bien eu lieu en Côte d’Ivoire. Officiellement, l’organisation des opérations pré électorales et du scrutin présidentiel ont duré trois ans (2007 à 2010). Elles auraient coûté 261 milliards de francs CFA, soit environ 57.000 francs CFA par votant. Sur cette somme, l’État de Côte d’Ivoire (c’est-à-dire les pauvres contribuables de ce pays où le revenu mensuel par habitant est de moins de 60.000 francs CFA) aurait payé 242 milliards, soit 93%.

Élu en octobre 2000 lors d’un scrutin qu’il n’avait pas organisé, Laurent Gbagbo avait été finalement reconnu et accepté comme Président de la République par la classe politique ivoirienne. Moins de deux ans plus tard, alors que personne ne remettait plus en cause sa légitimité, son régime avait été la cible d’une sanglante tentative de coup d’état. Ni Alassane Ouattara, ni Henri Konan Bédié, ni la CEDEAO, ni la France, ni la communauté internationale n’avaient, à l’époque, proposé une intervention militaire pour protéger un gouvernement dont tous reconnaissaient pourtant la légalité.

Au contraire, les promoteurs du putsch avorté de septembre 2002 ont bénéficié des honneurs de la République. Ils ont occupé militairement la moitié nord du pays qu’ils ont gouverné à leur guise, et leur chef a fini par se faire nommer Premier ministre.

Nul ne conteste que l’élection présidentielle de 2010 s’est déroulée dans des conditions peu optimales – la « partition » de fait du territoire national, une souveraineté passablement ébréchée en conséquence de divers compromis boiteux, et un processus inachevé de désarmement de la rébellion. La Commission Électorale Indépendante (CEI) chargée, d’après la Constitution et la loi électorale d’organiser les élections et d’en proclamer les résultats provisoires selon le mode du « consensus » n’a pu le faire dans le délai officiel des 72 heures après la fermeture des bureaux de vote. Ses 31 membres n’ayant pas pu trouver le « consensus » requis par les accords signés par les parties, son Président s’est fait conduire en pleine nuit par deux ambassadeurs occidentaux (ndlr: France et Etats-Unis) au siège de campagne du candidat Alassane Ouattara pour proclamer unilatéralement ce dernier vainqueur.

S’appuyant sur des allégations d’irrégularité et de fraudes dans certaines régions du pays, le Conseil Constitutionnel qui, en tant qu’organe juridique suprême en matière électorale, avait seul la prérogative de proclamer les résultats définitifs, a annulé les résultats à ses yeux truqués du scrutin dans les trois départements de la Vallée du Bandama (ndlr: et non dans tout le Nord du pays comme cela a été malhonnêtement dit).

 

Depuis lors, deux logiques incomplètes s’affrontent. Pour les uns, tout se ramène à une affaire de vandalisme électoral. Il suffit alors, comme le réclament à cor et à cris les hérauts de la « démocratie par procuration », que la « communauté internationale » se hisse à hauteur du défi. La mise en quarantaine, l’étranglement financier et l’interdiction de voyager ne suffisant pas, une petite intervention chirurgicale conduite par les armées de la sous-région viendrait s’ajouter à la panoplie des moyens nécessaires pour extirper l’usurpateur, contraindre le larron – unilatéralement désigné ? – à la fuite, procéder à son assignation devant la Cour Pénale internationale, voire le « liquider »  simplement.

 

S’étant avérés incapables de mobiliser leurs troupes aux fins de défense de ce qu’ils affirment être les résultats du suffrage universel au besoin par la voie d’un soulèvement populaire, une partie des Ivoiriens et de leurs alliés externes cherche maintenant à sous-traiter la besogne à des supplétifs africains – eux-mêmes probablement originaires de pays où des élections démocratiques n’ont jamais eu lieu, tragique ironie aujourd’hui concevable seulement en Afrique.  Sans doute armés,  encadrés et soutenus sur le plan logistique par un cartel de pays occidentaux, ils sont invités à verser leur sang et celui de quelques milliers d’Ivoiriens dans une aventure dont les fondements en droit international et en droit ivoirien n’existent pas.

Pour d’autres encore, tout ceci n’est qu’un complot – un de plus – ourdi contre le dernier des prophètes anti-impérialistes, et peut-être un jour martyr de la lutte pour la « seconde indépendance » d’un continent pillé depuis des siècles par des prédateurs de tous bords.

Quant aux États occidentaux – ceux-là même qui n’ont cesse d’invoquer la liberté, les droits de l’homme et la démocratie, mais qui n’hésitent jamais à les fouler aux pieds chaque fois qu’il s’agit de vies de nègres – l’appui indéfectible et multiforme, actif ou silencieux, prodigué depuis 1960 aux régimes de partis uniques, aux caporaux et autres kleptocrates en civil, aux guerres de sécession (cas du Katanga et du Biafra en particulier) et à toutes formes de répressions sanglantes sur le Continent a fini d’ôter toute crédibilité à leurs sermons.

 

Dans ce procès qui dure depuis un demi-siècle déjà, ce que l’on appelle « la communauté internationale » n’est pas en reste. Qui, toutes générations confondues, ne se souvient en Afrique du meurtre de Patrice Lumumba, premier Premier ministre démocratiquement élu de la République du Congo, assassiné le 17 janvier 1960 avec la complicité silencieuse de l’ONU ? Plus près de nous, cette « communauté internationale » n’a-t-elle pas fermé les yeux sur les génocides du Rwanda, au Darfour, ou en République Démocratique du Congo ? La liste est en effet longue des « bonnes dictatures » que les propriétaires de la bonne conscience mondiale continuent de sponsoriser à travers la planète et dont les dirigeants criminels sont reçus sur tapis rouges et à coups de fanfare à Paris, Londres, Washington ou Bruxelles.

Les trafiquants d’élections en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, en Biélorussie, en Libye, en Éthiopie, en Égypte, et dans de nombreux autres pays ne dorment-ils pas tranquilles ? La toute-puissante et généreuse communauté internationale ne continue-t-elle pas de leur déverser chaque année des dizaines de milliards de dollars d’ « aide financière » ? Quant au Premier ministre kenyan Raila Odinga que l’Union africaine a affublé du titre pompeux de médiateur de la crise ivoirienne, rappelons simplement qu’il a accepté 1.500 morts dans son pays après l’élection présidentielle de décembre 2007 avant d’entrer dans le gouvernement d’un Président qu’il qualifiait la veille de « tyran sanguinaire ». Pour le reste, bien des dictateurs crapuleux n’ont pas hésité à enfourcher le cheval du nationalisme et du panafricanisme pour justifier désordre et chaos.

 

Le voleur de bœufs et le voleur de poules

 

Il faut donc revenir aux constats de fond. Le premier est qu’aux élections de 2010, la Côte d’Ivoire a été piégée par l’architecture juridico-politique dont elle s’est hâtivement dotée pour résoudre la crise des dix dernières années. Tant que cette architecture est en place, chaque consultation électorale majeure risque de déboucher sur les mêmes impasses.

Deuxièmement, il est désormais difficile, voire impossible, de déterminer avec exactitude lequel des deux candidats a gagné de manière incontestable le scrutin présidentiel des 31 octobre et 28 novembre.

Troisièmement, si guerre il doit y avoir, elle sera avant tout une guerre contre les civils, comme nous l’ont malheureusement appris tant d’expériences récentes.

 

En appelant publiquement à une guerre d’extirpation menée par des armées étrangères dans son propre pays et contre une partie de ses compatriotes, Alassane Ouattara voudrait accéder à la magistrature suprême par la fenêtre, en marchant sur les cadavres de ses concitoyens et en instrumentalisant vaille que vaille les instances sous-régionales et internationales, lorsqu’il ne se laisse pas  instrumentaliser par elles, et en contractant auprès de ses soutiens externes une lourde dette secrète qu’il fera payer, le moment venu,  par toutes sortes de capitations, privilèges extra-territoriaux et abandons de souveraineté.

 

Certes, celui qui appelle à la guerre n’a pas le même niveau de responsabilité morale que celui qui pourrait en être la principale cible. Mais tous les deux sont unis par une funeste dette de mort dont l’enjeu premier n’est pas la démocratie, mais l’accaparement des rentes sur fonds de relance des procédures de l’inégalité et, dans les deux cas, par le biais d’une intensification des conduites d’extraversion.

 

Il convient d’autre part de souligner que dans cette Afrique postcoloniale, la situation ivoirienne est somme toute prosaïque. Ce n’est pas la première fois – et ce ne sera sans doute pas la dernière – que l’on fait face à des perdants qui refusent de s’en aller et à des prétendants qui, voulant éviter le dur et patient travail de mobilisation de leur société, se démènent pour arriver au pouvoir dans les fourgons des armées étrangères d’occupation. Voleurs de bœufs contre voleurs de poules, c’était le cas récemment au Zimbabwe et, dans une large mesure,  au Kenya. D’intervention armée, il n’y en eut point malgré l’ampleur du délit.

 

Que dire des successions de père en fils au Congo-Kinshasa, au Togo et au Gabon, ou encore des hold-ups électoraux à répétition au Cameroun et dans presque toutes les satrapies de l’Afrique centrale, en Guinée, au Burkina-Faso, en Mauritanie, en Ouganda, au Rwanda et au Burundi, en Éthiopie, en Érythrée et ailleurs ?  La réponse de « la communauté internationale » ? Nul émoi. C’est qu’à l’heure actuelle, il n’existe, ni dans le droit international, ni dans les conventions africaines (ou d’ailleurs étrangères), aucune clause prévoyant le recours à une force extérieure pour fonder la démocratie ou restaurer celle-ci à la suite d’un contentieux électoral.

 

Le dévoiement des élections dans le cadre du multipartisme en Afrique est une question historique et structurelle. Le coût des élections en vies humaines n’a cessé d’augmenter au cours des vingt dernières années. Bien peu de ces exercices auront été conduits dans la transparence,  dans des conditions de légitimité incontestables. Qui s’étonnera qu’en de si funestes circonstances, leurs résultats ne soient que rarement acceptés par tous les protagonistes ?

 

 

 

Quel droit d’ingérence ?

 

Les contentieux électoraux ne seront pas réglés par la boite de Pandore que sont les interventions militaires ad hoc, mais par la constitution, sur la longue durée, de nouveaux rapports de force entre l’État et la société et entre les classes sociales en voie de cristallisation. Il appartient aux Africains et à eux seuls de conduire ce travail. Aucun diktat d’aucune ex-puissance coloniale ne saurait s’y substituer. Les Africains seuls doivent décider s’ils veulent mettre un terme aux crises post-électorales à répétition.

 

Du Kosovo à l’Irak, de l’Iran à l’Afghanistan, du Moyen-Orient en Amérique Latine, l’on ne saurait oublier combien la politique des « deux poids, deux mesures »  a plombé au long des années la légitimité des interventions des puissances occidentales dans les affaires d’autres États. À l’appliquer en Afrique, cette politique risque d’ouvrir de nouvelles fractures et fronts d’hostilité entre États du Continent. Quelle crédibilité auraient des soldats nigérians, nigériens, gambiens, togolais ou burkinabé arpentant les quartiers d’Abidjan à la recherche de la démocratie ? Il faut en effet faire preuve soit d’un strabisme notoire, soit de haine de soi ou de mépris invétéré des Africains  pour justifier qu’au sein de la CEDEAO, des régimes issus de putsch militaires ou classés comme des dictatures sur l’indicateur Freedom House aillent « sauver la démocratie » dans des pays tiers.

En plus d’accentuer la logique qui fait des élections un jeu à somme nulle, la politique des « deux poids, deux mesures »  encouragerait les tentatives d’instrumentalisation des instances internationales par des acteurs crapuleux, voire alimenterait guerres ethniques et tentatives de sécession – toutes choses absolument contraires aux intérêts de l’Afrique.

 

L’alternance régulière au pouvoir en Afrique ne peut guère être fille du droit d’ingérence. Le « droit d’ingérence » n’est pas un droit. Il est une perversion du droit. Exception faite des situations d’extrémité (cas des génocides), les appels au « droit d’ingérence » visent surtout à consacrer l’asymétrie au cœur des relations internationales. Dans le cas de l’Afrique, il faut craindre que le « droit d’ingérence » ne soit, in fine, que l’équivalent du « droit de conquête »  et d’occupation qui, au temps de la colonisation, justifiait l’asservissement des « races inférieures », c’est-à-dire justement celles qui, de force, avaient été déclarées incapables de se gouverner par elles-mêmes.

 

Sortir du piège électoral

 

Le bras de fer qui consiste à étouffer le régime de Laurent Gbagbo à coup de sanctions internationales, de retraits d’accréditation d’ambassadeurs nommés par lui, d’exclusion de ses représentants au sein des instances politiques et économiques régionales – y compris de l’Union économique et monétaire ouest-africaine et de la Banque centrale des États d’Afrique de l’ouest -, de fermeture des guichets de la BCEAO, de menaces d’embargo sur les exportations de cacao qui sont avant toute chose la principale source de revenu de millions de pauvres paysans, pourrait plonger davantage la Côte d’Ivoire dans une crise économique et financière profonde et durable dont souffrirait l’ensemble de la sous-région.

 

À cet égard, le recours à l’asphyxie monétaire comme instrument de combat politique révèle les véritables enjeux de la Zone franc. Celle-ci montre enfin au grand jour son vrai visage d’union monétaire asymétrique, de vestige du pacte colonial, de camisole de force bridant la compétitivité et la flexibilité des économies africaines et de piège politique pour tout adversaire désigné à la vindicte des pontifes de la bonne conscience internationale.

 

Cela dit, il n’y aura pas de progrès de la démocratie en Afrique tant que les Africains ne seront pas à même de choisir librement leurs dirigeants, c’est-à-dire, également,  de congédier ceux d’entre eux dont ils ne veulent plus.

 

Mais pour que les conditions d’une alternance pacifique soient réunies, il faut repenser de fond en comble la politique, l’économie et l’architecture des élections. Si les Africains veulent devenir les initiateurs d’une impulsion potentiellement innovatrice pour la démocratie dans le monde de notre temps,  alors ils doivent arrêter de réciter les catéchismes et de psalmodier les versets des autres et faire œuvre de créativité et d’imagination philosophique, politique et institutionnelle. Ils doivent forger une alternative historique à un modèle postcolonial de pouvoir qui, un demi-siècle après la décolonisation,  ne sait toujours se nourrir que de la mystique du sang versé et ne sait, en conséquence, vivre que de la mort en masse de ceux qu’il est supposé servir.

 

Publicités

Une Réponse to “Côte d’Ivoire : la démocratie au bazooka?”

  1. HARIJAONA Jean Jules 31/01/2011 à 04:43 #

    Analyse saine et lucide de la situation. Il faudra commencer par la partager car nous avons le devoir de conscientiser nos contemporains, non par des articles -éclairs qui cachent le fond des choses , mais par une vision lucide de la situation. Il ne faut jamais oublier que notre malheur vient principalement de l’échec de l’instruction et de l’éducation: elles ne sonta pas suffisamment solides et se laissent fissurer à la moindre secousse puisque très souvent inadaptées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :