CRISE IVOIRIENNE TUER A TOUT PRIX?

22 Fév

La Côte d’Ivoire est on ne peut plus proche de la sortie de crise. Le panel de haut niveau mandaté par l’Union Africaine est à Abidjan depuis hier pour rencontrer les protagonistes et donner les recommandations issues de ses travaux.

Paradoxe surprenant… le camp Ouattara, avec le soutien répugnant de la France, est dans une agitation tous azimuts:

  • appels à la « révolution Orange » sans aucun succès: à part quelques agitations dans deux quartiers d’Abidjan (!!!!), la capitale et le reste du pays ont royalement ignoré les élucubrations de Guillaume SORO et Alassane OUATTARA
  • lancement d’attaques armées contre les forces de l’ordre via des rebelles infiltrés dans les petits groupes de « manifestants aux mains nues », lourdement armés
  • transformation de la commune d’Abobo en véritable poudrière par l’acheminement et la distribution d’armes aux jeunes avec la complicité de l’ONUCI
  • menaces de guerre sanglante proférées par Guillaume SORO
  • annonces prématurées d’échec ressassées par Alassane Ouattara
  • accentuation de la pression sadique sur la population, qui ne se soulève toujours pas contre leurs attentes, en les privant de tous leurs droits élémentaires: nourriture, argent, transport, santé, etc.
  • insultes indécentes vis à vis des membres du panel de l’UA, qui sont pourtant cinq chefs d’état !!!

 

Ouattara n’a plus d’autre recours que de lancer une véritable guerre sale au sein des endroits populeux, plaçant ainsi les civils en position de boucliers humains. Évidemment, aucun média français ne parlera de ces “manifestants” armés de lance-roquettes, de RPG, de kalachnikovs et de revolvers… Scandaleux !!!!!

Cette agitation est d’autant plus révoltante pour les ivoiriens qui se disent qu’Alassane Ouattara est prêt à leur infliger les souffrances les plus atroces pour accéder au pouvoir. Comment dans ces conditions, compte t-il, si jamais il arrive au pouvoir, gouverner ce peuple qu’il a tellement torturé?

Pourquoi montrer autant de mépris pour les démarches entreprises par l’Union Africaine? Pourquoi, si l’on a rien à se reprocher, oppose t-on un blocage systématique à toutes les approches en vue d’une issue pacifique depuis que cette « crise » s’est déclenchée?

Il est clair que l’option préconisée par le panel n’est pas du goût du camp Ouattara. Le président Blaise Compaoré, qui a refusé à la dernière minute de se rendre à Abidjan, au vu de son implication claire dans cette crise, qui a donc occasionné un rejet ferme de la population ivoirienne, en est une preuve de plus. Aujourd’hui, Alassane Ouattara saute sur cette non venue pour commencer à refuser de recevoir le panel. Toutes les preuves d’une attitude coupable sont réunies…

Les ivoiriens ont le regard tourné vers le panel des chefs d’état africains. Nous croyons fermement que leur décision sage permettra d’éviter une catastrophe sans précédent qui détruira l’ensemble de la sous-région ouest-africaine. On sait très bien ce que prépare la rébellion de Ouattara avec l’aide de la France. Voyant que leur supercherie sera dévoilée, ils préfèrent déclencher un bain de sang horrible, déstabiliser l’équilibre social et économique de millions de personnes à travers toute l’Afrique de l’Ouest et détruire son poumon commercial, financier et agricole qui est la Côte d’Ivoire.

Nous croyons en l’émergence de la justice pour notre pays. Nous croyons en la victoire de nos Institutions et au rétablissement plein et entier de notre souveraineté.

 

Crise ivoirienne:Alassane Ouattara ou le mensonge fait homme

AfricaVox – Koaci

 

En affirmant avoir la conclusion des enquêtes des experts du panel, Alassane Ouattara ment ! Voici ce qu’il assure aux journalistes : « …les experts ont été ahuris de découvrir que les partisans de Laurent Gbagbo ont abreuvé les gens de mensonges. » De quel mensonges parle-t-il ?

Maitrisant mal une confiance qu’il affichait, il se trahit en confessant : « Les chefs d’État viendront peut-être demander à Laurent Gbagbo de partir sur la base des recommandations du communiqué du sommet d’Addis-Abeba ». Voici ici exposée la panique/peur de Ouattara. GBAGBO ne bougera pas. Il sait que le panel a découvert des choses et il se réjouit avant de faire face à la cruelle réalité. Comme à son habitude, Ado crie toujours le premier victoire, avant de pleurer à la fin. Nous nous rappelons le projet de constitution de 2000. Il l’avait acclamé et avait même appelé ses suiveurs à le voter massivement en public quand en privé il leur demandait de voter contre.

Aujourd’hui cette même démarche est répétée. Il sait au fond de lui-même que les résolutions du panel des experts et des chefs d’états ne seront nullement en sa faveur.

Les preuves que les FAFN ont pris les armes pour installer ce dernier au pouvoir existent. Les preuves qu’elles ont fait montre de terreur pour influencer le vote foisonnent à gogo. Paniqué, il devance tout le monde pour jubiler au moins avant d’entrer à jamais dans l’histoire de la Cote d’Ivoire comme étant celui qui a mis le glaive dans le sein de cette nation dont il a acquis la nationalité en versant le sang des ses fils et filles.

 

 

La population de San Pedro n’a pas suivi la « Révolution orange »

AIP – 21.02.2011

 

Les populations de la ville de San Pedro sont demeurées, lundi, sourdes à l’appel à la « Révolution orange », lancé à Dakar par l’ancien premier ministre Guillaume Soro, a constaté l’AIP.

Toutes les couches socioprofessionnelles sont sorties, comme à l’accoutumée, pour vaquer à leurs diverses occupations socioéconomiques dans la ville portuaire de San Pedro.

Depuis la crise postélectorale née du contentieux électoral du 28 novembre 2010, San Pedro est toujours restée en dehors des turbulences et violences politiques vécues dans d’autres grandes villes du pays, ne suivant pas les appels à la désobéissance civile lancés par les responsables du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), proches du candidat Alassane Ouattara qui réclame le fauteuil présidentiel avec le soutien de la communauté internationale.

 

 

La guérilla urbaine s’installe à Abidjan – Qui sont ces tueurs de corps habillés ?

L’Intelligent d’Abidjan – 22.02.2011

 

Vent de panique hier à Abidjan. Les affrontements entre FDS et militants suite aux meetings éclatés du samedi se sont poursuivis hier dans certaines communes de la ville d’Abidjan. Des tirs ont été entendus à Yopougon , Abobo et Koumassi. Des morts, encore des morts. On dénombre plus d’une dizaine dont des corps habillés. A Abobo, on avait annoncé, il y a de cela plus d’un mois, un commando invisible qui a mené et continue de mener des attaques contre des éléments des forces armées.

 

Seulement quelques après les tueries dans cette commune, la plus peuplée de la capitale économique, nous écrivions que le commando avait infiltré Yopougon. Mais c’est à Koumassi qu’un autre groupe de tueurs mystérieux va se dévoiler. Que de chaudes batailles livrées aux forces du CECOS et de la BAE. Qui sont ces combattants invisibles aux dires de certains témoignages. Est-ce le commando invisible d’Abobo qui s’est infiltré à Koumassi ? Si cela venait à se confirmer, cela viendrait corroborer l’information selon laquelle, une guérilla urbaine aurait pris possession de toutes les communes d’Abidjan. Et qu’elle n’attende que le signal pour prendre le contrôle des lieux stratégiques, selon certaines indiscrétions. Après le bilan macabre d’Abobo qui a enregistré plus d’une trentaine de militaires, gendarmes et policiers tués, le drame continue suite aux affrontements de Koumassi. Vivement que les décisions du panel soient appliquées et contraignantes pour tous pour u n retour définitif à la normalité.

 

Vers un conflit ouvert en Côte d’Ivoire ?

Afrocongo – 21.02.2011

 

En Côte d’Ivoire la situation se durcit et des opérations militaires seraient imminentes.

Cinq chefs d’État africains ainsi que des dirigeants des Nations unies et de l’Union africaine (UA), se sont retrouvés aujourd’hui à Nouakchott pour étudier des propositions destinées à sortir la Côte d’Ivoire de la crise, qu’ils vont ensuite présenter demain à Abidjan. Cette réunion se tient au moment où le pays connait un regain de tension: au moins trois jeunes ont été tués par balles samedi à Abidjan lorsque les forces de l’ordre fidèles au président sortant Laurent Gbagbo ont dispersé des partisans de son rival Alassane Ouattara. Un couvre feu étendu a été prononcé pour tout le week-end et une rumeur sur place fait état de la possible mise en place de l’état d’urgence. A Abidjan la situation est de plus en plus confuse et difficile pour la population. La fermeture des banques françaises la semaine dernière asphyxie les ménages et les entreprises. Laurent Gbagbo, président en exercice souhaite nationaliser celles-ci mais la réussite de cette opération laisse les experts sceptiques.

 

Offensive du Nord

Selon nos informations qui restent à confirmer, une offensive des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN) qui tiennent le Nord depuis 2002, fidèles à Alassane Ouattara, serait en préparation et pourrait survenir rapidement. A Lomé, au Togo voisin, des forces françaises seraient concentrées et pourraient, intervenir lors de cette offensive sur le palais présidentiel selon un observateur sur place qui a surpris de conversations de militaires.

 

 

Couvre feu mortel et assassinats à Abobo

KOACI – 20.02.2011(extraits)

 

Trois individus surpris dans des actes d’agression à Abobo ont été battus à mort à coups de gourdins par des militants du Rhdp.

L’échec du meeting des militants du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), a été l’occasion pour des individus mal inspirés de s’illustrer en véritable vandales. Ces personnes se sont attaquées à des magasins qu’ils ont pillé. A côté de ces pilleurs, de magasins, des malfrats munis de d’armes blanches agressaient les populations. Des pratiques courantes dans la commune toutefois qu’il y a un rassemblement du Rhdp. Certains de ces malfrats ont été pris à partie dans les environs du grand marché par les militants du Rhdp qui ne leur ont pas fait cadeau. Ils ont été lynchés avec des gourdins par la foule excitée. Bilan: trois de ces sinistres individus ont trouvé la mort après le passage de la foule. A côté de ces bandits tués, d’autres morts ont été enregistrés au cours de cette folle journée d’hier. En somme la journée d’hier a été meurtrière dans la commune d’Abobo et pourtant le meeting annoncé par du Rhdp n’a pu se tenir. Ce dimanche matin, un corps criblé de balles a été découvert non loin d’une pharmacie au Dokui, toujours dans la même commune d’Abobo.

 

Agressions aux heures du couvre-feu à Abobo

Avec l’instauration du couvre-feu à Abobo, les populations de cette commune se croyaient désormais en sécurité. Mais que non! Les agressions se sont plutôt intensifiées ces derniers temps dans certains quartiers.

« Des personnes munies d’armes blanches agressent les populations du quartier », soutiennent-elles. Les victimes de ces agresseurs ne se comptent plus, tellement qu’elles sont nombreuses, précisent nos interlocuteurs. « Des individus nous ont agressé ce jeudi dans les environs de la gendarmerie d’Abobo. Ils étaient tous munis de couteaux », a confirmé Konan. En clair, il n’y a plus de sécurité à Abobo, malgré le couvre-feu.

 

 

Koumassi – Un manifestant pro-Ouattara arrêté arme au poing

DirectScoop – 22.02.2011

 

Un manifestant se réclamant du Rhdp (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix) a été arrêté par la police lundi dernier, arme au poing dans la commune populaire de Koumassi, lors d’une manifestation. Ces manifestants pro-Ouattara munis de gourdins de machettes, de pierres sortis lundi 21 février dernier dans l’intention d’empêcher toutes les activités dans la commune, ont été dispersés par la police. Dans sa fuite, un des manifestants arme au poing, a été arrêté par les Forces de défense et de sécurité (Fds). Guillaume Soro chef de la rébellion et proche de l’opposant Alassane Dramane Ouattara a lancé la semaine dernière, un appel insurrectionnel contre le président Laurent Gbagbo. Un appel qui a été ignoré sur toute l’étendue du territoire, même dans les zones sous contrôle des rebelles proches d’Alassane Ouattara. Refusant sa défaite constatée par le Conseil constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs de l’élection présidentielle, Alassane Ouattara depuis son Qg du Golf Hôtel, protégé par l’Onuci, la Force Licorne et les rebelles des Forces nouvelles, tente de renverser le gouvernement légalement constitué de Côte d’Ivoire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :