Health Situation in Côte d’Ivoire, since the European Union’s embargo on Ivory Coast ports

14 Mar

PRESS CONFERENCE OF MADAME THE MINISTER OF HEALTH AND OF THE FIGHT AGAINST AIDS, MONDAY 07 MARS 2011

Ladies and gentlemen journalists,

First, I would like to greet you and thank you for answering our call.

It is with a bruised heart that I address you to inform you of the devastating effects of the embargo on Ivorian ports.

Indeed, the notification of the implementation of the embargo of the EU on the independent maritime ports of Ivory Coast leads to the impossibility starting from 11th February 2011 to embark EU common products and Pharmaceutical  towards our country and that, within the framework of the sanctions imposed on Côte d’Ivoire.

Ladies and gentlemen, let me remind you that the epidemiological profile of our country is worrying because it is marked by a very high level of the main indicators of morbidity and mortality.

These indicators that reflect the poor state of health of Ivorians are in order of frequency, malaria (69.25 cases per 1000 inhabitants), HIV / AIDS (3.4 cases per hundred inhabitants), tuberculosis (393 cases per 100 thousand inhabitants), chronic malnutrition seen in one in three children under 5 years, and potentially epidemic diseases to name them.
Chronic diseases such as hypertension, diabetes, kidney disease, and cancers are no exception, and have had the public are pay a heavy price to.

I would also remind us that once in office, occurred in the epidemiological and environmental context that we know, the following health emergencies:
• The yellow fever epidemics that occurred from November 22, 2010 in four health districts in the area that NOCs are Seguela Mankono, Beoumi and Katiola, with notification of 11 deaths out of 21 cases recorded.
• A cholera epidemic in Abidjan since January 21, 2011, located in four health districts that are Adjame Plateau, Attécoubé, West Yopougon and Abobo. To date, 509 cases were reported including 12 deaths
• An outbreak of measles in the health districts Adiaké, Tiapoum Aboisso and we are handling since February 17, 2011.

• In addition to the response against these emergencies, we provide support for victims of post-election violence in all healthcare facilities in the country. As of March 3, 2011, we recorded 1,233 casualties including 1,134 wounded and 99 deaths.
• Finally, we organize, with the humanitarian unit set up by the government, the management of displaced persons:
o the number of 25,000 for Mountain Regions (Man, Danane) and Moyen Cavally (Guiglo, Duekoue and Bangolo)
o 13,000 for regions of Middle Comoé, Lakes of Nzi Comoé, Marahoué, Haut Sassandra and Zanzan,
o and 600 people from Abobo at the parish St Ambroise Jubilee in Angré.
Arrangements are being made for the management of 1500 moved to the Evangelical church of Yopougon Gesco.

Mrs and Mrs journalists

With the situation of health emergency that we have just mentioned in a country’s epidemiological profile of great concern, what would our health care system be without drugs?
Thus, parallelly to the response against the epidemic and to support victims of attacks, we have instructed our services, to assess the stocks of pharmaceuticals in order to better manage the supply of medicines, vaccines, blood products and inputs.
In this report, it emerged that in the public sector, some medicines such as those of hemodialysis are at odds, and other essential medicines such as ARVs, antimalarials, antibiotics are available for the two to four coming months.
Most inputs and consumables including solutes, gloves, necessary for blood collection, the films for X-ray machines to one month’s stock.
In the private sector, pharmacies were also two months of stock.
For HD (hemodyalisis) products, their persistent failure has caused fron January to February 2011 already 24 deaths, and that number could increase in the days to come if the embargo lasted.

What are the factors that contribute to the tension of stocks?
These factors are partly the negative impact of the embargo on the vessels of the European Union supplying Côte d’Ivoire in drugs and other dysfunctions of the banking system.

Regarding the embargo on ships bound for our country, it is noteworthy that at least 90% of drug supplies are from the EU. These are sent in 80% of cases by sea and 20% of cases by air.
Furthermore, the implementation of the embargo has resulted in a number of containers of pharmaceuticals shipped before February 10th, 2011, still at sea  that can not reach directly Côte d’Ivoire, since landed in Dakar Senegal then probably diverted by other routes to Abidjan, with a significant lengthening of the period of delivery.
Taking into account these floating stocks, current inventories could help, in the most optimistic outlook, coverage of pharmaceutical needs of Côte d’Ivoire for one month on average, meaning the end of March 2011.
In about twenty days of implementation of the unprecedented and ignoble embargo of the European Union, private wholesalers are on average 17% rate of stock rupture while it was stable under normal conditions, between 2 and 3%.
Regarding the Public Health Pharmacy, which is the central public procurement of medicines, it has 70% rate currently out of stock on its tracer products including dialysis consumables. To this difficulty, it should be noted inadequate supply of health facilities, due to the unavailability of cash liquidity for the PSP to get fuel.

Moreover, the closure of banks worsens the drug supply for both the public and for private wholesalers because of problems linked to paying suppliers abroad.
To this date, it should be noted that some private pharmacies refuse the system of the third of the payment and impose customers a cash payment, with has for consequences for a lack of access to medicines, increased risks of proliferation of counterfeit drugs and Self-medication of populations.
Mrs and Mrs, I wonder with you again: what is a health system in the world without drugs, particularly in a continent like Africa which is experiencing a resurgence of epidemics of all kinds?

I add that this unavailability of essential drugs and medical devices, will result in the very short term, in the interruption of certain surgical procedures, poor medical management of certain diseases, the difficulties of ensuring nursing, while contributing to increase, without a doubt, the morbidity and mortality already high in our population.

Therefore, trying to suffocate the Ivorian people on drugs, the EU does nothing but methodically programme the death of the Ivorian people. It is neither more nor less than a holocaust.

Mrs and Mrs journalists, we refuse that they use the front door of the health system for the extermination of populations from Côte d’Ivoire.
The State of Côte d’Ivoire, whose mission is to ensure the health of its people, not willing to remain inactive before this humanitarian disaster considered as a crime against humanity, continues to take steps to face it.

This is an opportunity for Côte d’Ivoire, headed by President Laurent Gbagbo and his government to challenge the traditional health partners in Côte d’Ivoire that are WHO and UNICEF for their guilty silence which going against their mandate, which should take them to denounce such actions and to express their active solidarity to the people of Côte d’Ivoire.

I appeal to the people who have known in the past such genocides, so they can  mobilize alongside the people of Côte d’Ivoire to condemn this unjust action.

Before closing my remarks, I would like to make special mention to all stakeholders and health professionals who, in these difficult times, sometimes at the peril of their lives, continue tirelessly to bring relief and assistance to thempeople throughout the entire national territory.
I associate with these thanks all the people of Côte d’Ivoire who demonstrate good citizenship and maturity of mind by not falling into the trap of the revolt in which all these maneuvers hatched by the enemies of our country tend to push them.

Mrs and Mrs journalists, once again thank you for your precious time.
You are all witnesses to history of this crime against humanity perpetrated in Côte d’Ivoire by the European Union whose attitude is akin to shooting at an ambulance from a sniper ambush, while it prides itself to be part of the people who have enshrined the right to health in the UN Charter, but which, perhaps, people living in Ivory Coast are certainly not human beings to enjoy the fundamental right of all people.

Given these facts, and in order to ensure its sovereign duty, the government is striving to avoid making the Ivory Coast is a critical shortage of drugs in order to preserve the health of its people.
The sovereignty of a state also implies the ability of its rulers to care independently and Sustainable for its people.
Therefore, I thank the EU which gives an opportunity to the State of Côte d’Ivoire to take responsibility.

God always bless Côte d’Ivoire!

Thank you.

Madame the Minister of Health
And the fight against AIDS

Dr. Christine NEBOUT ADJOBI

Advertisements

2 Réponses to “Health Situation in Côte d’Ivoire, since the European Union’s embargo on Ivory Coast ports”

  1. GBONGBRO AHIKPA JEROME 28/03/2011 à 11:46 #

    A MONSIEUR SARKOZY, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

    Votre indécrottable intention est de faire de M. Dramane Ouattara le Président de la République de Côte d’Ivoire. Vous refusez par conséquent de voir la vérité, d’accepter que, pour obtenir les voix qui étaient les siennes aux dernières élections, votre poulain, par son armée rebelle qui a refusé de désarmer, a dû user de brutalités, d’atrocités, de tricheries éhontées et maladroites, avec la participation très active de l’Onuci et des experts en la matière que vous avez eu “l’amabilité“ de lui envoyer. Vous l’aidez dans la guérilla qu’il organise sur le territoire ivoirien, dans le but de terroriser les populations, et qui fait de nombreux morts. Même si à terme vous vous arrangerez pour imputer toutes ces tueries à Gbagbo, avec pour objectif de l’envoyer au Tribunal créé par les occidentaux pour les pauvres, les noirs en particulier, le TPI, votre conscience ne vous dit-elle rien lorsque vous vous retrouvez seul avec elle ? Bien sûr que ces nègres tués de par votre volonté ne peuvent vous émouvoir ; VOUS ETES RACISTE.
    Vous désirez imposer Alassane Ouattara aux Ivoiriens ; Les Ivoiriens qui ne l’ont pas élu, parce qu’il n’est pas des leurs, ne veulent pas de lui.
    Depuis le temps que cela dure, vous ne pouvez pas l’ignorez ? Ce serait faire une injure trop grave à votre intelligence, à vos services de renseignements d’ordinaire très efficace, et à votre très dévoué Ambassadeur déclaré persona non grata, mais toujours au centre des intrigues contre le Président Gbagbo. Il sait, lui qui sur vos instructions continue à disséminer dans les populations ivoiriennes les mercenaires de Dramane Ouattara animateurs de la guérilla urbaine, que personne en Côte d’Ivoire ne veut de votre filleul et ami Alassane Dramane Ouattara : La preuve, pendant que le camp Gbagbo appelle la jeunesse ivoirienne à s’enrôler volontairement dans l’armée pour résister aux agresseurs de Dramane, le camp de votre protégé sollicite l’intervention armée de ses parrains que sont l’Onu et la France pour “l’introniser“ en neutralisant le peuple de Côte d’Ivoire.
    Votre représentant sait aussi qu’un coup de force sur le territoire ivoirien se soldera inévitablement par un génocide sans précédent, car les Ivoiriens patriotes sont décidés à rejeter jusqu’au bout et par tous les moyens “la perle rare“ que vous leur avez trouvée.
    Le fait que les populations, en dépit des massacres de l’Onuci et des rebelles de Ouattara, continuent à se dresser nombreux pour soutenir la légalité constitutionnelle et Laurent Gbagbo qui l’incarne, devrait vous édifier. Mais est-il plus aveugle et plus sourd que celui refuse de voir et d’entendre ? Est-il plus difficile à convaincre que celui qui est de mauvaise foi ?
    A moins que vous ayez décidé d’utiliser vos forces pour exterminer tout le peuple ivoirien, vous devez renoncer à jamais à votre idée d’imposer Ouattara, ou qui que ce soit d’autre, à la tête de notre pays. Après 50 ans d’indépendance, même partielle, les Ivoiriens se sentent en mesure de trouver tout seuls celui qui peut faire leur bonheur.

    Merci “papa Sarkozy“, la France qui vous a élu attend de vous que vous lui consacriez un peu de votre temps. Quant à nous, ne croyez pas comme votre ainé Chirac « que la démocratie n’est pas pour nous ; » Ces propos racistes continuent à nous choquer. Sortez de nos affaires et vous verrez que c’est bien vous qui êtes à la base du désordre dans notre pays.

    GBONGBRO Ahikpa Jérôme.

  2. GBONGBRO AHIKPA JEROME 19/03/2011 à 06:11 #

    DRÔLES D’AMOURS
    HA A A A A A ! QU’EST-CE QUE ALASSANE AIME “SON PAYS“ !
    Alassane Dramane Ouattara adore “sa Côte d’Ivoire“. Il n’y a qu’à voir les énormes efforts qu’il déploie pour le lui manifester :
    A peine a-t-il fait connaissance avec ce pays en 1989, qu’en 1993 il voulait le servir au plus haut niveau. Malgré les prévisions constitutionnelles, et la promesse faite au père de la Nation de ne jamais se mêler à la politique, avec la complicité de certains hauts dirigeants nationaux, il tente – passion patriotique oblige – l’occupation de force du fauteuil présidentiel. Seules la perspicacité et la solidarité des légalistes du pays calment ses ardeurs et nous épargne une guerre civile.
    Alassane Dramane Ouattara aime “sa Patrie“ au point qu’il ne peut attendre d’être en règle et dans une période légale tenter de briguer le fauteuil présidentiel : Après une courte période passée au FMI 1993-1996, il se libère et décide de se mettre immédiatement au service de “son pays“ ; Défis, menaces, invectives de toutes sortes à l’endroit des dirigeants du pays se succèdent. Alassane veut la Présidence de la République ; Il promet de frapper en temps opportun “ le régime moribond“ au pouvoir. Il crée des problèmes ethnico-religieux pour diviser les Ivoiriens. … Le pays est sous tension.
    En Décembre 1999, Dramane réalise un coup d’Etat, le premier en Côte d’Ivoire, par “les jeunes gens“ interposés. Trop heureux d’avoir réussi son coup, dans l’avion le ramenant à Abidjan, il sable le champagne. “Le général faire-valoir“ se rebiffe et refuse de lui céder le fauteuil. Il s’en suit une série de tentatives de coup d’Etat ; trois en dix mois, avec leurs lots de morts, d’assassinats et de blessés.
    En Octobre 2000, a lieu l’élection présidentielle. Le très ivoirophile Alassane Dramane Ouattara dont les pièces d’état civil ne convainquent sur sa nationalité ivoirienne, est recalé. Alassane se tient coi, pouvoir militaire oblige. Mais dès qu’il sait les militaires hors de l’arène politique, il jette dans les rues les immigrés sans papiers qu’il a pris soin “d’importer“, afin d’y ramasser le pouvoir qui, selon lui, s’y trouve. Les échauffourées font environ 500 morts.
    En Janvier 2001, Ouattara qui ne veut et ne peut servir “son pays“ qu’au seul poste de Président de la République, tente à nouveau un coup de force. Naturellement de nombreux morts sont enregistrés.
    La nuit du 18 au19 Septembre 2002, nouvelle attaque, bien planifiée et surtout musclée. De hautes personnalités civiles et militaires sont assassinées à leur domicile, le pays est coupé en deux, selon une carte publiée auparavant, à laquelle personne n’avait accordé de l’importance, parce que endossée par l’inconstant Alpha Blondy. Bien que le grand patriote Dramane Ouattara ne se reconnaisse pas dans tous ces coups de force, la similitude entre ses revendications et celles des auteurs de ces violences est telle que personne ne le croit innocent. Depuis, il règne en maître, comme un vrai chef, sur les zones Centre Nord Ouest de la Côte d’Ivoire ; Après une longue période d’épuration où, les personnes appartenant à certaines régions ou exerçant certaines fonctions étaient systématiquement immolées, il ne s’y passe pas de jour sans exécution ou assassinat.
    Arrivent les élections, pour lesquelles la communauté internationale n’exige des concessions qu’au seul le camp présidentiel. Ouattara aime trop son pays pour lâcher les kalachnikovs et risquer de perdre les élections. Les réfractaires aux instructions, les téméraires qui osent préférer Gbagbo –le candidat vomi par la France- à lui qui ne vit plus que pour “la Côte d’Ivoire son pays“, doivent payer cette trahison au prix fort. Qu’en sera-t-il s’il n’est pas armé, lui qui n’est toléré qu’au vu de ses armes ? Les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara ne désarment pas. Le scrutin se déroule fusil à la tempe dans la zone CNO….
    Alassane sait qu’il n’a pas gagné les élections. Mais ses mandants avaient tout organisé depuis longtemps pour qu’il l’emporte avec plus 54% des voix. Dieu merci, M. Youssouf Bakayoko a hésité si longtemps à entrer dans la danse que, tout s’est gâté…. Tout le monde a compris…
    La troupe de rebelles se reconstitue chacun dans son rôle naturel, au Golf Hôtel, s’y emprisonne et y forme son gouvernement ouvert aux nouveaux adhérents à la rébellion (PDCI, UDPCI, MFA, etc.…)
    Alassane est le Président que veut imposer Sarkozy, Obama, et leurs alliés occasionnels. Mais la seule activité de son gouvernement est :
    D’appeler les armées étrangères à tuer par amour les Ivoiriens,
    D’organiser, par amour des Ivoiriens des guérillas urbaines qui tuent à la pèle ces Ivoiriens,
    D’encourager l’Onuci à la tirer par amour des Ivoiriens sur les populations civiles, bref,
    D’appeler à détruire par amour des Ivoiriens.
    Tuer les Ivoiriens pour leur manifester son grand amour, telle est l’option du sieur Ouattara.
    GBONGBRO Ahikpa Jérôme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :